Née à Saint-Jean-de-Luz, jumelle dans une famille de 4 filles, j’ai commencé la danse à 4 ans, je n’étais vraiment pas douée. J’étais raide pas du tout coordonnée cependant, je déployais une énergie, une lumière, j’étais là où je devais être.

Les difficultés que je vivais dès mon plus jeune âge dans ma scolarité dyslexie, dysorthographie et mon hypersensibilité me rendaient vulnérable.
Je ne rentrais pas dans un cadre d’apprentissage normal, j’avais devant moi des professeurs qui étaient incapables de m’aider et je m’enfermais dans mon monde imaginaire, tout en regardant le ciel, les étoiles, appelant au secours : « Mon dieu ! Qu’est-ce que je fais là ? ». Ma scolarité a été un échec total.
J’ai eu de la chance d’avoir des parents qui m’ont permis de pratiquer tous les jours des activités artistiques et sportives comme la danse, le théâtre, l’athlétisme, la boxe… Donc, pour moi, la danse est vite devenue une expression exutoire.


Mon professeur m’a transmis son don à créer et à raconter des histoires par la danse. Cela avait du sens pour moi, ainsi je pouvais m’exprimer telle que j’étais. J’ai pu développer ma créativité et mon imagination.
J’ai fait mes études à Paris afin d’obtenir mon diplôme d’état. J’y suis resté 7 ans avant de revenir là où je suis née. Durant de nombreuses années, j’ai continué à apprendre et à expérimenter par des stages, des formations, des séminaires, dans différentes disciplines.


J’ai élevé seule mes deux enfants tout en continuant pendant 17 ans à m’occuper de mon école de 300 à 400 élèves. Je trouvais encore du temps pour aller à Paris pour mes formations.
Aujourd’hui, je reste admirative devant cette partie de vie où j’ai réussit à me déployer dans autant d’activités.
Ma vie professionnelle a toujours bien tournée, par contre ma vie personnelle a été plus compliquée.
Comme beaucoup d’entre vous, j’ai dû faire face à des événements plus ou moins douloureux et j’ai dû trouver des outils pour traverser tout cela. J’ai surmonté ces moments et c’est cela qui est intéressant et non les faits.


J’observe le monde, j’écoute les gens, je danse ma vie et je souris. Si je devais choisir un mot pour me définir, je choisirais « résilience ».


Grâce au yoga à la psychothérapie, au développement personnel, au reiki, j’ai pu me comprendre m’accepter telle que je suis et m’aimer sans condition.
Grâce à mon dévouement et à ma quête spirituelle, j’ai longtemps cherché la vérité jusqu’à ce que j’arrête et me rende compte que la vérité et ma vérité était différent.
Depuis ce jour, tout est devenu plus simple plus clair et logique. Comme un puzzle, j’ai rassemblé mes compétences et j’ai mis en place cette nouvelle méthode : « la thérapie par la danse » ; et aujourd’hui, je suis heureuse de vous la partager.